En surface

En surface, tout allait plutôt bien : le boulot qui roule, les vacances qui se profilent, l’indicible poids qui retombe avec les résultats de l’élection présidentielle. La PMA n’avait pas disparu, j’y pensais tous les jours, mais les mois défilaient et elle semblait s’éloigner quelque peu. Le souvenir de la fucking fiv de février s’estompait, le rdv tant attendu avait été tellement attendu que l’impatience retombait, et on aurait presque pu penser qu’on menait une vie normale, et même accorder à des problèmes matériels l’importance qu’ils ne devraient jamais avoir. La boule d’angoisse nichée au creux du ventre était toujours là, mais elle se montrait moins oppressante.

Et puis ce soir il y a eu cet appel téléphonique. Une amie, qui stressait depuis quelques mois de ne pas réussir à tomber enceinte, et qui se trouve toute gênée à devoir m’annoncer que ça y est, elle a franchi le cap. C’est fait avec une grande délicatesse, je la sens toute désolée, je fais ce que je peux pour la mettre à l’aise, et je la félicite, sincèrement.

Le torrent de larmes dès que j’ai raccroché. Cette lame de fond qui remonte d’un coup à la surface, je ne l’avais pas sentie venir, la fourbe. A peine ai-je descendu un verre de whisky que l’Homme débarque, j’ai pas eu le temps de sécher mes larmes, et je sens qu’il se prend ma détresse en pleine face, avec toute la culpabilité qu’il semble vouloir endosser sur ses épaules (double effet kiss-cool : le mal être de rendre mal les gens qu’on aime parce qu’on est soi-même mal).

En fait, elle est toujours présente, la boule, elle est juste cachée, sous une frêle carapace qui s’effrite au moindre coup de vent. Je sais qu’il y a pire comme situation à vivre, que plein de gens ont dû encaisser des nouvelles bien plus terribles dans cette journée. Je sais rationaliser tout cela, mais ça ne sert à rien car c’est une forme de panique, un truc viscéral. Je sais aussi que la crise passe, tout du moins en surface, plus ou moins rapidement selon le degré d’identification avec la personne. Quand mon petit frère m’avait annoncé qu’il attendait son premier enfant il y a un peu plus d’un an, j’avais mis trois jours, trois jours avant de réussir ne serait-ce qu’à évoquer le sujet avec ma mère.

Aujourd’hui, cela concernait la seule personne dans mon entourage qui s’interrogeait sur ses difficultés à tomber enceinte (ouais, le « 1 couple sur 6 », je connais pas, je passe allègrement à travers les statistiques, alors que je suis loin d’être une jeunette). J’ai donc forcément une projection assez forte, et puis je refoule cet espèce de pincement au cœur inavouable, de me dire que ça aurait été, très égoïstement, réconfortant d’avoir une copine de galère IRL. Pas pour toute la vie, pas parce que je lui veux du mal, non, mais juste quelques instants, pour avoir l’impression qu’il n’y a pas que sur internet que je vois défiler des histoires comme la mienne. Et je me déteste immédiatement d’être effleurée par ce genre de pensée.

Surtout, je ne sais pas comment on fait pour traverser un parcours PMA sans devenir asociale. Ça relève limite du réflexe de survie, en fait, de la volonté de se prémunir contre les tartes dans la gueule, qui surgissent sans prévenir (vous allez me dire, c’est un peu le concept de la tarte, hein, BHL ? ;-)). Même venant de proches qui prennent toutes les précautions pour me parler, je me la prends quand même cette tarte, ça finit par générer des logiques d’évitement.

Je suis plutôt du genre très sociable à la base, et je réalise que depuis quelques mois je réduis sciemment mon cercle relationnel à peau de chagrin, à des relations superficielles, ou de boulot. Parce que je ne me sens plus le courage d’affronter de nouveau ce genre d’émotions. Ça m’inquiète pour la suite, car les toutes dernières copines qui continuent à sortir boire un verre sans me parler de gamins devraient, selon toute probabilité, basculer rapidement dans le projet reproduction, et j’aurais surement la tentation de me protéger de la future tarte. Faudrait renouveler mon univers social pour éviter de côtoyer les personnes à risque. S’inscrire à une activité attirant un certain âge, type club de scrabble, ou mieux, un club Motus (autre pensée inavouable, j’adorrre Motus, un de mes fantasmes est de participer à l’émission pour de vrai, juste pour le délire).

Résultat de recherche d'images pour "motus boule"

On dirait pas une belle ponction ovocytaire, dites?

Je vais passer pour une râleuse (que je suis ;-)) à force de n’écrire sur ce blog que des billets sous le coup d’un moment d’émotion. Je n’avais pourtant pas l’ambition d’en faire un déversoir, je prévoyais même un petit billet plein d’espoir pour le futur rdv avec Hope. Purée, j’espère vraiment qu’elle saura nous redonner de l’énergie, pour éviter la tentation que notre cercle relationnel se réduise à un univers médical et aux visites des maisons de retraite 😉

Publicités

22 réflexions sur “En surface

  1. Salut, je te comprends tellement. J’ai eu une annonce pareille il y a 5 jours. Je n’arrive toujours pas à me remettre et je me sens coupable d’être mal. Mon amie s’est meme excusée… J’ai aussi réduit mon cercle et je ne vois plus personne, pas meme ma famille. En plus je ne travaille plus depuis 1 mois et je passe la majorité de mes journées sans voir personne. La PMA c’est vraiment de la merde… Courage à toi, à moi et à nous toutes ❤️

    Aimé par 1 personne

    • Si tu savais comme ton message me touche, ce soir… Heureusement que la blogsphère nous apporte cette belle chaleur humaine et nous permet de nous sentir moins seules dans cette putain de galère. T’as essayé de t’enfiler des séries tv ? De mon côté ça a fait partie des trucs efficaces pour s’occuper l’esprit pendant les périodes de creux où on a trop le temps de penser. Des bisous et beaucoup de courage à toi aussi miss !

      Aimé par 1 personne

          • séries télé et chocolat. c’est pas sur ordonnance en PMA, d’ailleurs? 😉 que je te comprends.. même chose, autour de moi, ce n’est pas 1 sur 6 non plus, ou alors on a tiré tous les tickets gagnants. Je viens d’apprendre un autre mariage + grossesse dans la foulée aujourd’hui, alors il faut croire que c’est dans l’air du temps… au delà de l’injustice, c’est un sentiment d’être dans un univers parallèle, et tellement incompris.. presque peur de déranger, avec nos peurs traumatiques et nos crises existentielles..

            Aimé par 1 personne

            • Je valide totalement le combo séries/chocolat !! C’est très juste de définir cela comme un univers parallèle, que ce soit d’ailleurs par rapport aux vies des autres, mais aussi par rapport à notre vie d’avant: comme l’impression d’une parenthèse qui n’en finit pas. Du courage à toi aussi pour affronter ces nouvelles qui nous attristent et nous réjouissent en même temps pour ceux qu’on aime, c’est difficile, et le printemps semble la saison la plus propice à ce genre d’annonces en cascade. Vivement l’été 😉

              Aimé par 1 personne

  2. On te comprend tellement ! J’ai fait beaucoup de vide autour de moi et comme la pma a duré longtemps pour nous je peux te dire qu’il ne reste plus beaucoup d’amis de notre noyau de départ ! Mais en chemin on a fait de très belles rencontres et on a vu des amis se révéler merveilleux… c’est la vie ! D’autres épreuves auraient sans doute conduit au même résultat. En tout cas ne culpabilise pas ! Ce que l’on vit est très dur et il faut te protéger au maximum pour tenir debout malgré tout… Des gros bisous

    Aimé par 1 personne

    • Merci de me déculpabiliser… J’avoue que c’est surtout la violence de l’émotion qui m’a prise de court, je n’est rien à reprocher à l’amie en question qui a été adorable, et du coup je me sens encore plus en colère d’être mal 😉 Bref, je vais renforcer la carapace, et advienne que pourra! Des gros bisous aussi

      Aimé par 1 personne

  3. Tout ce que tu dis résonne fortement en moi. L’infertilité est une des épreuves les plus dures à vivre pour un couple (dixit ma psy, et ça me faisait du bien de l’entendre). On laisse des amitiés sur le bord de la route pour se protéger et c’est bien normal. Il se peut que tu rencontres aussi des gens formidables (dans une salle d’attente, par le biais d’associations – d’infertiles, pas de scrabble – et bien sûr via le net). Il est nécessaire de s’appuyer sur les échanges qui te font du bien. Les vrais amis patienteront, et tant pis pour les autres!
    Je vois que tu gardes le sens de l’humour, que tu continues à vivre (travailler, prévoir les vacances, voter, boire un whisky…) malgré la boule qui se manifeste plus ou moins violemment. Alors bravo!
    Tu peux être fière de toi 😊

    Il est quand ce rdv avec Hope ?

    On est là, avec toi…mais je te préviens: Je déteste le Scrabble! 😉

    Aimé par 1 personne

    • Oh Tidoum, tu as toujours des mots tellement justes et bienveillants, ça me touche… Je ne sais pas si j’ai de quoi être fière, en fait je fais juste ce que je peux et c’est pas trop dans ma nature de me laisser couler. Mais effectivement c’est une putain d’épreuve mentale pour le couple. On voit Hope d’ici deux semaines ça va arriver vite maintenant. Et toi comment ça va ?

      J'aime

  4. Depuis que je me suis un peu éloignée de mon amie enceinte, je me sens mal. Je serais toute sa vie « l’amie qui n’était pas là ».
    Et puis il y a une autre amie, très très proche, qui m’annonce qu’elle essaiera d’être enceinte à partir de Septembre et d’un coup je lui en veux, de mon voler mes essais, de faire ça sans réfléchir. C’est stupide hein ?
    Je crois qu’on est toutes en mode « survie » et on ne peut pas se blâmer pour ça. C’est contre DNLP qu’on est en colère, c’est elle qui nous fait vivre ces situations ubuesques. Alors mon conseil c’est de faire ce dont TU as besoin, au moment où TU te sens prête : un coup de fil à ton amie, une sortie ect… c’est à ton rythme et normalement, normalement, elle devrait comprendre.

    Je suis comme PPMB, Netflix est ma 2ème maison, on peut être associables ensemble si tu veux, on est déjà moins seules comme ça !! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Oui, c’est exactement ça, on se met en retrait de la vie des autres pour ne pas prendre de coup (limite j’ai l’impression d’avoir un radar qui se déclenche en mode alarme quand une amie ne m’appelle pas pendant quelques temps… je me dis que ça couve une grossesse…et que je suis folle ;-)). Je te souhaite en tout cas de coiffer ta copine au poteau (oui, c’est une compétition, c’est juste qu’elle est pas au courant) et surtout beaucoup de courage pour ces DPO ! Des bises

      Aimé par 1 personne

  5. Attention : les vieux ont des petits enfants… Ils en parlent parfois plus que certains jeunes parents! 😉

    Plus sérieusement, je pense que le chagrin est inévitable ; comme j’avais dit à ma copine Loutre quand je lui ai appris rapidement (je ne voulais pas le lui cacher même si ct tôt) que j’étais enceinte (et pas elle – gt sa dernière copine sans bébé) « je sais que tu es heureuse pour moi mais triste pour toi »
    C’est normal, ça met du temps à passer. Ce week-end, j’ai appris qu’elle était enceinte (et plus moi), mais je n’ai pas pleuré (pour 1 fois!) je n’étais pas triste, j’ai même réalisé que j’espérais qu’elle le soit (tellement sûre que ça serait moi la dernière ?!? ^^)
    Il y a beaucoup de mes relations qui ont explosé avec la PMA, mais avec mon caractère, je me dis « tant mieux, ça a fait du tri ». Parce que d’un autre côté, ça a créé des liens inattendus et resserrés des liens sur lesquels je n’aurais pas toujours parié. ça peut sembler incroyable (je n’y croyais pas!), mais certaines personnes fertiles sauront comprendre et pardonner que tu les rejettes, j’en ai fait l’heureuse expérience.
    Alors prends soin de toi en priorité. Et au besoin : explique, présente des excuses ensuite, etc. Mais surtout protège toi en priorité parce que les indélicatesse pleuvent dans nos tristes situations…

    Sinon, pour finir sur une note joyeuse : tu me rappelles la date de ce fameux RDV avec Hope (moi aussi je la vois bientôt! enfin le 20 juin, ça me semble encore tellement loin)

    Aimé par 1 personne

    • C’est vrai mais je crois que les enfants m’affectent moins que les grossesses, en fait 😉 Merci pour ces sages conseils. Et tu verras, le rdv avec Hope va te sembler arriver de plus en plus vite à l’approche de l’échéance. Des bises

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s