Interlude

D’autres l’ont très bien décrite avant moi, la perception du temps pmesque est une chose très particulière. C’est une sorte de chewing-gum, un élastique qui s’étire à l’infini, en attendant de se recontracter dans le rythme soutenu d’une fiv, qui verrait défiler les jours sans respirer, comme happée par tout ce stress organisationnel (mais putain où tu veux que je la cale cette réunion si je ne connais pas ma date de ponction ?!). Je suis donc en interlude, je n’ai plus à me piquer, à m’engloutir des cachets, ni même à réfléchir. Enfin j’essaie.

Dans un sens, je savoure cette accalmie. Je suis de nouveau capable de me concentrer sur mon travail, d’envisager d’avoir une vie sociale, et même de projeter des week-end et des vacances. Oui, oui, vous me voyez venir, le gertrudage est mon projet du printemps, je vais prendre des vacances pour déclencher un miracle avec un oats à adn fragmenté, et comme ce putain de moustique zika a envahi la moitié de la planète – et pas la partie la plus pourrie, hein, celle où il fait beau et chaud – et que j’ai vraiment besoin de changer d’air, ce sera le Japon. Bon, il y a pas de zika, pas de risque terroriste, tant pis on bouffera de l’uranium et on s’accrochera pour les tremblements de terre (oui, je suis une névrosée), mais le dépaysement est assuré, même si la période choisie n’est pas la plus propice sur le plan climatique (début juin). Et puis je suis une fana de nourriture asiatique et le Japon, culinairement parlant, ça se pose là. Orgie de sushis en perspective, quitte à ne pas être enceinte, autant se gaver et faire des pieds de nez à cette chère Dame Nature (pour tout vous avouer, la gastronomie du lieu de destination figure par principe en haut de la liste des critères de sélection lors de nos choix de voyage…).

Nos incantations à Ste Gertrude sont plus ou moins dictées par la force des choses, car nous sommes en réalité en mode pause forcée. Non seulement pour que mon corps récupère, mais aussi parce que l’on attend la parole divine. Enfin, le rdv avec Dr Hope que je m’étais finalement décidée à appeler au commencement de cette première fiv, tout début février. Cela faisait plusieurs mois que je pensais avoir débusqué son identité, en recoupant les infos des différents blogs que je dévorais des nuits durant, et puis je n’osais pas appeler, peur de me porter la poisse alors même que je commençais un autre protocole, peur aussi de me disperser entre plusieurs médecins. Et à la première piqure, j’ai réalisé que la PMA, j’étais dedans jusqu’au cou, alors autant assurer mes arrières. Quatre mois de délais. Le rdv aura lieu dans deux mois maintenant, et ça me semble une éternité, et je m’en veux de ne pas avoir appelé plus tôt… Et si je pense à tous ces examens que l’on va devoir faire, aux attentes des rdv, à une potentielle embolisation, ajoutés à la coupure estivale, je n’ose calculer dans combien de mois j’aurais la joie de retenter une fiv… certainement après mes 34 ans, j’espère avant les 35 ? 😉

Pourquoi accorder une telle importance aux âges, et qu’est-ce que pèsent ces quelques mois face à tous ceux écoulés, et à une prise en charge de qualité ? J’espère surtout ne pas être déçue, comme on peut parfois l’être quand on projette trop d’attentes et d’espoirs sur un projet. Cela m’est déjà arrivé de visiter un lieu emblématique ou un monument célèbre trop idéalisé, en me disant finalement « tout ça pour ça »… Mais il me faut suivre mon intuition, et surtout faire confiance aux ressentis de toutes celles qui en chantent les louanges, l’expérience est l’information la plus riche en enseignements dans ce contexte.

En attendant Hope – ou Gertrude -, on est bien obligés de vivre, et de faire comme avant, comme si la PMA n’avait pas fait irruption dans nos existences. Ou tout du moins tenter de faire abstraction l’espace de deux mois… Profiter de ces premiers rayons de soleil qui font tellement de bien au moral, même s’ils s’accompagnent de ce truc fascinant et étrange. Les beaux jours semblent faire germer les poussettes, comme si les bébés et les ventres ronds hibernaient tout l’hiver et se donnaient le mot pour envahir les rues aux premiers jours du printemps. Vraiment, je constate ce phénomène chaque année, et je trouve ça de plus en plus suspect (genre si les bébés se fabriquent TOUS en même temps en plein hiver pour naitre au printemps, ce serait sympa que ce complot mondial nous informe, ça nous éviterait de nous nourrir de faux espoirs procréatifs sur au moins une bonne partie de l’année).

En attendant Hope – ou Gertrude – donc, on vit normalement. Et on organise des moments positifs, à court et à moyen terme, pour remplir notre vie d’autres projets que la PMA.

Publicités

19 réflexions sur “Interlude

    • Merci Anaïs! Je pense qu’inconsciemment je défie DNLP, j’ai depuis longtemps reporté ce projet de vacances de peur de tomber enceinte avant et d’être trop frustrée devant la nourriture sur place 😉

      J'aime

  1. Haha! Le choix de vacances par destination culinaire, ça me parle tout à fait!!
    Quant au temps qui s’étire, je ne peux que comprendre…même si ce délai d’attente (et probablement les examens complémentaires à suivre) n’est pas du temps perdu mais des chances mises de votre coté.
    Ton chéri, il prend des antioxydants et autres vitamines ?

    Bises

    Aimé par 1 personne

    • Oui, je pense que de manière générale les Français attachent de l’importance à ce qu’ils trouvent dans leur assiette quand ils voyagent, mais on est certains à être particulièrement sensibles sur la question 😉
      Mon chéri a seulement pris un mois de pilules magiques pendant la fiv, mais c’était plus un bénéfice psychologique qu’autre chose sur une telle durée (l’impression de participer aux médocs que je m’enfilais). J’avoue qu’on hésite sur le point d’être « à jeun » pour les futurs examens, ou de prendre des antioxydants maintenant et au moins de se dire que les prochains mois ne seront pas des coups d’épée dans l’eau…et puis comme ça voir si ça fonctionne pour limiter la fragmentation adn. Il avait pris quoi ton homme si ce n’est pas indiscret?

      J'aime

  2. J’ai fait tout comme toi : j’ai attendu avant de prendre rendez-vous avec Hope de peur de me porter la poisse, et j’ai fini par m’en mordre les doigts ! Mais avec le recul je suis quand même contente d’avoir eu ces 3 mois de pause avant d’enchaîner tous les exams : même si ça semble infini sur le moment, ça fait en fait du bien moralement cette pause imposée.
    Sinon moi aussi je constate (et subis) le complot mondial des poussettes du printemps !!! Des bises Cali

    Aimé par 1 personne

    • On se met de ces barrières psychologiques parfois… Après coup, je m’en suis voulue de m’être autocensurée et puis finalement c’est le destin, si je ne devais la voir que plus tardivement c’est comme ça. Et c’est vrai qu’au moins on respire quelques mois c’est toujours ça de pris! Bon courage face aux poussettes, je crois que c’est parti pour durer 😉

      J'aime

  3. « Les beaux jours semblent faire germer les poussettes, comme si les bébés et les ventres ronds hibernaient tout l’hiver et se donnaient le mot pour envahir les rues aux premiers jours du printemps. »
    Ça m’a frappé à fond ce matin alors que je courrais ! J’ai croisé au moins 5 mamans avec poussettes ! Et quelques femmes enceintes qui portaient un haut qui moulait leur ventre rond.
    Des bisous et du courage pour l’attente !

    Aimé par 1 personne

  4. Mon programme et mes interrogations (ainsi que la façon dont on choisit notre destination pour les vacances) ressemblent beaucoup aux tiennes 😊
    Encore 3 mois avant le rdv avec Hope…heureusement, pour patienter jusque là, repartir pour un petit tour de montagnes russes émotionnelles et ne pas tout miser sur cette pauvre sainte gertrude (qui m’a l’air un peu débordée) on a quelques embryons au congel 😉
    Des bisous 😘

    Aimé par 1 personne

  5. J’étais pas très présente sur la blogosphère dernièrement mais suis contente de voir ton petit post ! C’est exactement mon état d’esprit du moment, profiter, VIVRE sans la Pma, faire des petits projets ( nous partons en Toscane dans trois semaines) et penser à soi. Les beaux jours, la nature qui renaît , ainsi que les premiers rayons de soleils sont le meilleur moyen de faire le plein d’énergie pour la suite 😉
    Gros bisous😘😘😘

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s